Pour vous mettre en contexte, mon nom est Alexandre Lepage, diplômé du programme de tourisme au Collège Laflèche. C’est depuis le début de mes études en tourisme que l’idée de partir à l’international a commencé à germer. Ce ne fut qu’un an avant, que le projet d’effectuer mon stage à l’étranger commençait à se concrétiser. Lors de ce processus, mon choix s’est donc arrêté sur l’entreprise Camel Treks Australia dans un village de 300 personnes situé à Hawker en Australie (4 h au nord d’Adélaïde).

À la suite de deux jours de transit pour me rendre à Hawker, j’ai enfin fait connaissance avec toute l’équipe et ainsi débuter mes six semaines de stage. Dans le milieu de stage où j’étais, il y avait une trentaine de chameaux, dont une dizaine dressés pour effectuer des expéditions. Les autres étant toujours en dressage puisque le processus par lequel ceux-ci sont dressés est long et fastidieux. Peu de gens au Québec savent qu’il y a une très forte présence de chameaux en Australie, principalement dans le centre du pays. Ceux-ci ne sont pas natifs du pays, mais ont été importés il y a plusieurs années par les Australian Cameleers. Aujourd’hui, l’Australie possède l’espèce de chameaux qui s’apparente le plus à ceux d’autrefois puisque l’isolation du pays a fait en sorte de les protéger des autres espèces de chameaux considérés moins pures en Asie et au Moyen-Orient.

Mes tâches, en tant que stagiaire en tourisme avec l’entreprise de Camel Treks Australia, étaient bien diversifiées. Mon travail consistait de m’occuper des clients, mais aussi des animaux lors de nos expéditions qui s’étalaient en moyenne de trois à cinq jours. Lors de ces journées, nous avions la chance de dormir à la belle étoile sous le ciel australien. Nous faisions même la cuisine sur le feu de camp. C’était magique de voir tout ce qu’on pouvait faire dans cette simplicité. Les clients n’avaient pas à se plaindre pour la qualité et la quantité de la nourriture. Nous pourrions même dire que les expéditions sont en quelque sorte un tout inclus sans le confort d’un hôtel. L’un des aspects que j’ai apprécié grandement lors des expéditions était non seulement la dynamique que nous pouvions établir avec les clients au bout de plusieurs jours, mais il y avait aussi le fait de vivre et profiter du moment présent sans devoir se soucier du monde extérieur. Nous vivions comme dans le passé sans les besoins de la technologie.

Mon coup de cœur lors de ce stage a été de rencontrer ces charmants animaux qui ont su chacun à leur façon, faire rayonner mes longues journées d’expédition jour après jour.

Partir à l’international m’a permis de vivre une expérience unique dans laquelle j’ai pu apprendre. À tous ceux qui envisagent un stage à l’international, celui-ci requiert une préparation adéquate avant de partir.

Merci au Collège Laflèche ainsi qu’à tout le personnel qui m’a épaulé lors de ce processus. Si l’on me proposait de repartir demain matin, j’accepterais sans hésiter!

Alexandre Lepage
Diplômé en Tourisme
Collège Laflèche

X