Cela fait aujourd’hui 2 mois et 13 jours que j’ai débarqué sur ces contrées pour moi exotiques. Cela fait aujourd’hui 2 mois et 13 jours que je me sens libre et heureux.

Que dire sur le Québec ? Ou plutôt, que dire sur les Québécois ? Parce que oui, le Québec est une magnifique région, mais des montagnes, des fleuves, des arbres, des moufettes, je peux en trouver ailleurs. Mais des gens en or, moins.

Je trouve très difficile d’expliquer à quelqu’un ici la froideur européenne, parce que même sous -40°C (on me dit), les gens d’ici débordent encore de chaleur! Mais au-delà de l’attitude chaleureuse, c’est le sentiment d’être accueilli et accepté qui me fait le plus chaud au cœur. J’écris ces mots littéralement après avoir passé la journée à « bucheronner » pour aider un couple à avoir du bois pour l’hiver. Et là, comme à mon stage, comme à l’école, comme n’importe où ici, je me sens comme si j’étais à deux doigts d’être Québécois moi-même ! Bon, je ne mets pas de beurre sur mes croûtes de pizza, je n’ai toujours pas l’habitude de souper à 17 h, et pour moi une « calotte » représente une partie intime et non un couvre-chef ; mais je n’en suis pas loin !

L’accueil que j’ai eu au Collège Laflèche (même si je n’y passe que deux demi-journées) est exceptionnel, autant venant des étudiants que des enseignants que de l’administration. L’école semble une bien moins pénible tâche quand on est aussi bien entourés ! Il ne me reste plus que deux mois, mais je sais déjà que je vais en profiter comme si je n’allais jamais revenir, mais je sais trop bien que c’est le cas.

Alex Wallerand

X